Sidi Bou SaPid, Sidi Bou…

Raoul Journo : http://www.radiotunis.com/ram/raoul1.ram

 Sidi Bou 1  – Sidi Bou 2Sidi Bou 3

13 ans en arrière, 13 ans déjà ! Que le temps passe vite… ! Il gambade, sur les pointes des pieds, voleur de notre présent pour l’entasser sur son butin pris de notre passé et le tout au détriment de notre avenir qu’il guète sans arrêt.
 
Des fois, on le croit traînant, suspendu… Foutaise ! Il est tout simplement tapi là, entrain de rigoler de nos impatiences, sadique qu’il est.
 
Des fois, on craint son accélération, on tente alors de le ralentir…Dérision ! Telle une rivière, il file en rigolant à travers notre dérisoir tamis utilisé pour l’obliger à décélérer, à s’arrêter…vanité !

13 ans en arrière, la pleine jeunesse et un séjour prolongé et inoubliable à Sidi Bou Saïd, Un village qui est situé à quelques kilomètres de Tunis et très prisé par la bourgeoisie tunisienne et les artistes nationaux et internationaux.
 Je ne faisais partie ni des uns ni des autres. Clin doeil

J’étais déjà un simple citoyen du monde, un simple citoyen qui voyageait aux sillons de son père et qui venait là, dans ce havre de paix, chercher un peu de fraîcheur, les jours de canicule.Sidi Bou Saïd, un petit Saint Tropez perché sur une falaise, dominant Carthage et le Golf de Tunis et qui offre une vue superbement impressionnante.

Blanc éclatant, bleu méditerranéen, ruelles envoûtantes, Hibiscus, tamaris et portes
cloutées, fermées…sur mille et un secrets… et l’odeur de jasmin enivrant.

Je me revois sur la terrasse du fameux « Café des Nattes », juste en face de deux cornes d’ »Abou Karnein », un café turc « Jezwa », un verre d’eau, parfois un « Chicha », un petit bouquet de jasmin fraîchement cueilli et des rires timides et innocents tout autour.
 
Des sourires et des rires qui percent le chuchotements ou les grosses voix d’une jeunesse heureuse.
Timidité ou retenu ou les deux semblaient de mise entre les filles et les garçons.

C’était le beau temps qui filait doucement…

13 années sont déjà passées… et ces rires raisonnent encore comme si c’était hier…

sidibou.jpg

SIDI BOU
 
Cœur affolé,
En souffrance.
Ailes déployées,
Déjà en partance.
Enivré par ce parfum
Prodigue, vagabond,
De ces fleurs de jasmin,
Jasmin du délire,
Calmes, fières, et déroutantes
Qui dévoient mes songes 
Coursiers de mes désirs
Qui disjonctent.

 

Désirs transparents,
Sur dentelles translucides,
Accrochés aux Hibiscus,
Volubiles et fous.
Lumière de Sidi Bou,
Brûlant fumoir d’un « Chicha »
Au Kif de miel sucré,
Mélange exquis,
Mi ombres tunisiennes,
Au regards, diamants noirs,
Insondables, incontournables.
Caresses  de Tamaris
Fougueuses, irréductibles,
Intouchables cibles,
Hantise de mes soirées.
Quand les ‘au revoirs’ 
Chaque soir,
Au debout,
Se font inéluctables.

Soudain,
Besoin de  soins
Besoin de câlins
Mirifiques
Echange de regards
L’intouchable
Se fait palpable
Soif de boire
L’amour substantifique
Qui me mène
Tous fous
Chaque fois, au matin,
Au dénouement inévitable
Souvent renouvelable
Jusqu’à l’aube opaline
Sur les terrasses divines
De Sidi Bou …

Inoubliables…

(NN)

 Image de prévisualisation YouTube

 


32 commentaires

1 2 3 4
  1. Milla dit :

    Hello les loulous,

    Levés aux aurores…! juste before working, un petit coucou, mimi tout plein cette petite fantaisie Nono, je me sens prête à affronter cette journée en pleine forme, d’ailleurs je danse et chantonne déjà, hihi.. :-) … et ce soleil qui déjà pointe son dard, zen quoi…

    Bon courage à toi et bonne journée à tous (tes)
    Bises
    Milla

  2. Selda Prey dit :

    Merci pour ce voyage sensoriel, je ne connaissais pas Sidi Bou Saïd…
    Ton blog regorge de petits trésors disséminés un peu partout que l’on suit allègrement, comme les cailloux du petit poucet. ;o)
    Du talent, assurément.

  3. danaé dit :

    Bonjour Noah,
    Personnellement, j’aime beaucoup cette petite fantaisie!
    Elle me donne envie de m’amuser, de bouger et de
    danser.
    Bonne fin de journée à tous
    Bises

  4. soledanes dit :

    Merci Noah pour ce magnifique voyage sur tes mots, très jolie musique et et ton texte sur tes souvenirs… tout en douceur.
    Merci d’etre là, quand je suis stressée je viens te lire cela me fais du bien
    Amitié Noah

  5. yo dit :

    Coucou Danaë…..oh lalala je suis un peu débordée….pas trop de temps de m’attarder. Je te fais un bisou pendant que j’écoute

    Bonsoir Milla toi aussi un bisou pour toi
    Bonsoir à tous puisque nous faisons partie de la m^me confrérie, nous apprécions les mêmes blogueurs nous nous croisons tous de ci de là.

  6. danaé dit :

    Coucou Yo,
    Pas grave, pas trop de temps non plus….encore
    avec mes vacanciers.
    Bonne soirée, bises Yo
    Bises à tous

  7. Noah Norman dit :

    Yo, Milla, Selda, Danaé, Soledanes, re Yo et Danaé,

    Heureux que vous soyez là, heureux de vous être agréables avec mes neurones encore valides…

    Ma petite mésaventure avec la décentralisation :

    Depuis hier, plus de téléphone, d’un seul coup ! J’ai fouillé dans l’amas de mes factures France Télécom…ouf, la dernière a été honorée. Donc je suis en règle, alors pourquoi on m’a coupé mon téléphone. Je refouille pour trouver un numéro d’urgence à appeler dans ce genre de situation…Super, j’ai trouvé un 3900, le seul qu’on peut appeler dans ce cas de figure…à 0.34 ? TTC!

    Pas grave, le téléphone fixe est celui que je mets sur l’oreille gauche quand l’oreille droite est occupée par le portable. Je pèse le pour et le contre de la tonte sur le forfait de mon portable, aucune hésitation, je compose le 3900…Zou :

    « Si vous appeler pour un problème Internet, appuyez sur 1, si vous appelez pour un problème…, appuyez sur 2…blablabla d’automate…

    Enfin, une voix suave de fille de quelque part, avec un drôle d’accent me fait répéter 2 fois le numéro de mon fixe, deux fois mon nom et prénom, deux fois mon adresse, vérification…tout ça au ralentiiii, je serre le portable sur mon oreille et je m’oblige à la patience.

    Elle finit par trouver le bon fichier client, me demande ce qui m’arrive,j’expose le plus clairement mon problème, pas de tonalité, rien de rien, téléphone coupé…moi malheureux, faites quelque chose s’il vous plait…Les secondes filent, les minutes aussi…enfin la fille se réveille :

    - Monsieur, vous êtes là ?

    - Oui M’dame, puisque je vous parle.

    - Si vous téléphonez de votre poste fixe, cela vous coûtera moins cher.

    Elle me balance ça comme ça !!!! ???, je rêve ? Ai-je bien entendu ce que cette gentille dame m’a dit ? Je la fait répéter. C’est bien ça ! Oui, oui…Grrrrrr !

    - M’dame, je viens de vous dire que mon téléphone est coupé, je ne peux donc pas appeler de mon poste fixe.

    - Silence…et déjà 18 mn dans le c… puis :

    - Monsieur, vous êtes chez vous, là ?

    - Oui M’dame.

    - Vous allez débrancher tous vos appareils, téléphones, modem…Je vais tester votre ligne.

    J’en peux plus ! Je viens de réaliser que cela me coûtera nettement moins cher en me déplaçant à l’agence, qui n?est qu?à 14 km de chez moi.

    Je garde l’oeil sur la montre du four… !…Oui, pendant tout ce temps là, j’étais dans la cuisine, courbé sur l’évier, la tête passée dehors par la fenêtre : Ce n’est que de cette manière que j’arrive à avoir deux barrettes pour capter le réseau Orange…de mon trou perdu en pleine Sologne.

    J’étais entrain de me dire : à 25 mn pile, je raccroche. Soudain, la voix de l’autre bout du monde me re questionne :

    - Monsieur, vous êtes toujours là ?

    - Oui, M’dame, j’attendais pour vous dire au revoir et merci…et je coupe.

    Où va-t-on, s?il faut s?adresser à un centre « Hot line » à des milliers de km pour résoudre un problème distant de 14 km d?une agence qu?on peut pas joindre qu?en se déplaçant ?!

    Bises fraternelles à toutes.

    Nono

  8. ahh les déboires des hotline et des personnes qui vous répondent… on appelle c’est occupé, on rappelle, c’est toujours occupé, on rerappelle, enfin un etre humain au bout de fil, mais étonnamment cet etre humain là met trois fois plus de temps que n’importe quel autre à comprendre ce qu’on lui dit, et n’a JAMAIS la réponse à vos questions, ça doit etre un critere quand on les embauche…lol.
    bonne soirée à toi (et merci de m’avoir liée)

  9. Isabelle dit :

    Nono,
    C’est une histoire pas drôle, et pourtant si vrai que j’ai commencé à sourire, puis éclaté de rire….
    Je t’imagine, dans ce bout du monde, la tête dehors pour avoir un peu de réseau….j’ai connu ça aussi au fond de la Bretagne, quand il n’y a que dans l’abri à bois, deux pieds sur les bûches, que tu captes un semblant de quelquechose…..surtout sans bouger la tête….
    Tout ça pour faire le tour du monde pour résoudre un problème si voisin…
    En tous cas, tu racontes bien, et, comme les mômes de l’école maternelle, j’ai envie de dire « encore une histoire …… »
    Je t’embrasse.
    Isa

    Dernière publication sur Isabelle SZLACHTA, une âme d'artiste : Plonéis, un vernissage en musique

  10. Milla dit :

    Oh je vois que c’est le top pour tous en cette période…

    Demande leur de faire un geste commercial, en principe ça marche, je l’ai fait avec alice.

    De toutes manières partout pareil, imagine, suis allée à la boutique a coté de chez moi pour mon abonnement à club internet, l’employée n’avait même pas noté mon adresse… je reçois une SMS 10 jours après avec la référence d’un colis qui m’attendait à la poste..

    Laquelle il y en a trois, j’ai du les appeler, puis le colis avait pour destinataire un type qui vit a grenoble :-)

    je vais à la boutique expliquer le prob, l’employée me dit d’appeler le service client, au tel, jolie voix hihi, ah oui mais elle me dit qu’elle n’a pas mon adresse…

    ah bon madame, mais alors vous m’envoyez un colis sans avoir d’adresse, TROP FORT!!!

    keren, une amie, à force d’appeler free, 200 ? portable pour sa connexion, 2 mois d’attente. la pauvre en avait assez de venir chez moi pour aller sur le net…

    Les centres hot line nono, c’est de l’arnaque, oui il vaut mieux se déplacer, et parfois même en se déplaçant, il n’y a aucune solution, il y a tellement de réclamations une des fils qui découragent, tu as vu ce qui s’est passé avec UPC, dans certaines villes, les maires ont mis a disposition des abonnés une liste pour obliger UPC à les rembourser…

    « j?étais dans la cuisine, courbé sur l?évier, la tête passée dehors par la fenêtre : Ce n?est que de cette manière que j?arrive à avoir deux barrettes pour capter le réseau Orange »?

    Pourquoi tu n’es pas sorti? :-) ) morte de rire

    Bise Nono, tu es trop …
    Milla

1 2 3 4

Répondre

Le blog des Anticon |
mon 1er blog |
hanibal ma life mes potes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les 3 S
| Mi pequeño mundo à moi !
| la foir'fouille ajaccio