Tic, tac, tic, tac, tic, tac…

 sablier01.jpg

« – Si votre réveil fait  » Tic Tic  » trouvez-en un autre qui fait  » Tac Tac « , il sera très content. » (Aphorisme de   HUB  , empruntés… Chuttt…il bosse, il n’a pas le temps aujourd’hui…)

« Je recherche la journée de 48–heures ainsi que son horloge » Phrase de   TOILE   qui saute d’étoile en étoile.

« Prendre le temps d’être soi » de  MALAÏKA  , un autre regard…

sabliergif.gif

Ce dernier temps, Il a été souvent question du temps qui s’étend et s’étale à ne plus en finir ou qui nous tond nos instants précieux ou non sans s’en soucier. J’ai souvent dit ou entendu dire  ou lire, par ci, par là :

« J’ai pas le temps », « Le temps me manque », « Que le temps passe vite », « Dejà ! », « La soirée est finie ? », « Vivement demain », « Que c’est longuet ! », « On a tout le temps », « Laisse le temps au temps », « Donner le temps au temps », « Allons, Vite, on se presse » ou « Ho! Doucement, rien ne presse »

 sablier02.jpg

Sur cette route douce ou caillouteuse
Aux étapes obligées souvent hasardeuses
Où le pied, sûr, plane et glisse,
Ou hésite, s’écorche et se tanne,
Quand chacun tente avec aise ou avec peine
De faire passer sa caravane et avance
Très riche ou humble pauvre, vide ou pleine
Sans se soucier de ce temps qui accable
Et qui s’égraine, grain après grain de sable
Dans le sablier conte pervers de l’existence

 Que dire de cette petite trotteuse
Qui se pavane, prend tout son temps
Pour faire et refaire le tour du cadran
Et qui ne cesse de recevoir des vannes :
Trotte, trotte et ne soit pas si sotte
Il faut avancer, ce n’est pas le moment
De glandouiller ou de tomber en panne,

 Elle sourit doucement, bien moqueuse,
Sournoise, elle  continue son petit trot
C’est plutôt ces vaniteux qui sont sots
Qui se croient,  pour l’avoir inventée
Très savants, à la milli seconde près
A but nécessaire ou par pure curiosité
Pour finir à la longue par la dédaigner
Happés par leurs plaisirs ou leurs peurs
Ne regardant plus que ses grandes soeurs
Dont ils ont, des fois à genoux, prié et adoré
Le subjectif arrangeant instant d’immobilité
Ils ont aussi, bien souvent et très agacés,
Détesté son affolante et stupide rapidité

Elle a trotté bien avant eux et les soeurs
Dés le premier instant, dés la première lueur
Avant leurs aïeux, leur grand’mères et mères,
la terre, ses océans et tout le vaste univers
Elle a trotté à chacun de leurs soubresauts
Les dorlotant du berceau au tombeau
Sans relâche, marquant toutes leurs gènes
Comptant les battements de leur coeur
Et le sang qui coule dans leurs veines
Accompagnant toutes leurs joies et peines
Sans jamais se lasser, sans jamais se fatiguer

Elle trotte, elle trotte et sourit au trot
Seconde après seconde elle sévit
Sans hâte ni affolement ni répit
Les menant jusqu’au bout de ce chemin
Qui les mènera au bout de leur destin
Au bout de leur vie… la vie de ces idiots !

Elle trottera après eux et tous leurs frères
Elle trottera après les oublis de leur oubli
Elle trottera pour tout le reste de l’univers
Nonchalante, régulière, saut après saut,
Elle comptera tous les temps du temps
Qui passe sans arrêts ni haltes ni repos
Et qui file en dédain…Inexorablement

Ce qui compte vraiment est intouchable
Et ne se compte pas en unités de temps
Le reste n’est que vanité…minable
Soumise au bruit lancinant
Des ces interminables :

Tic, tac, tic, tac, tic, tac, tic, tac, tic, tac, tic, tac…..sablier.gif……Tic, tac, tic, tac….

N. Norman

 


33 commentaires

1 2 3 4
  1. hub dit :

    Ben non Noah, « Il faut donner du temps au temps » c’est pas pareil que « Laisse le temps au temps ». Dans le premier cas c’est toi qui a le contrôle et tu donnes du temps en plus, alors que dans le 2ème cas tu abdiques, tu laisses le temps faire ce qu’il veut de lui-même en espérant qu’il se ralonge… Ce que je refuse de lui concéder.

    D’ailleurs je ne veux plus entendre parler de lui, il essaye de me limiter en m’obligeant à dormir et à faire des tas de trucs en même temps sous prétexte qu’il est à la bourre.

    Qu’il aille sonner son propre glas s’il est pressé, le mien peut attendre!

  2. danaé dit :

    Bien moi, j’ai juste le temps de passer pour
    faire un petit coucou :-) ))
    Bises

  3. Noah Norman dit :

    Merci,

    « Tout au long de notre vie, nous avons couru après le temps,
    Mais il courait plus vite que nous. », Hélas !

    Bises

  4. Noah Norman dit :

    @ Milla,

    Monter pour redescendre et remonter?sans pouvoir s?arrêter est la triste occupation de chaque humain? tout au long de sa vie !

    http://i16.servimg.com/u/f16/11/28/23/22/tictac10.jpg

    Kamu ki, peut-être mais Cheickh Sbire, oui?lollll ;-)

    Bises, Frangine

  5. Noah Norman dit :

    @ Saudade,

    « Le Passé et le Futur »…avec un fil de néant présent entre les deux. Très bonne reflexion !

    « Le temps fuit, sans doute… Quand on en parle, le temps a déjà coulé, il n’en reste que des images. »(Hubert Aquin)

    Amitiés

  6. Noah Norman dit :

    @ Natsu,

    Un vrai Big, bang, bing, bang, big, bang…Il faut juste pouvoir supporter la musique ;-)

    Bien à toi

  7. Noah Norman dit :

    @ NatureInsolite,

    Tu es dans le vrai et en très bonne compagnie, continue à nous émerveiller.

    Merci Marie, bises

  8. Noah Norman dit :

    @ Selda,

    « Pour échapper au temps, il suffit d?être hors du temps »

    Très asticieux !

    As-tu un schéma ?…Pour se câler hors du temps…;-)

    Bises

  9. Noah Norman dit :

    @ Mercidemavoirremarque,

    « et pour-temps
    en comba-temps
    ou en chan-temps
    on a-temps
    des ins-temps
    en-vous-temps »

    C’est beau ! Merci.

    Bises

  10. Noah Norman dit :

    @ Toile,

    « a plus tard du pas trop tot ,je confond toujours le midi a minuit______???-c?est peut être pour cela qui a pas d?étoile a MIDI »

    A plus tôt du pas trop tard…;-) Mais si qu’il y a des étoiles à midi, il suffit de regarder la « Braise » !…lolll :-)

    Bien à toi

1 2 3 4

Répondre

Le blog des Anticon |
mon 1er blog |
hanibal ma life mes potes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les 3 S
| Mi pequeño mundo à moi !
| la foir'fouille ajaccio