Collier de perles.

fondetoiles.png   Incrédule, je regarde désespérément le fil que je tiens entre mes mains tendues, le fil de ma vie. Il est tout nu ! Pourquoi est-il si nu ? Est-ce normal qu’il soit ainsi ?

Je lève la tête pour regarder le ciel et l’interroger… Oh là ! Etrange ! Le ciel n’est pas comme d’habitude! Il est plus profond, plus ouvert et on dirait qu’on lui a enlevé son couvercle ! Qui a pu enlever le couvercle du ciel ?

Mais faites donc attention ! Les instants de nos vie vont s’évaporer ou risquent de s’échapper, le savez-vous, le sait-il ?

Le spectacle est beau, sublime! Une myriade de bulles y voltige. On dirait des perles scintillantes, il y en a des millions, des milliards…de toutes les grosseurs, de toutes les couleurs, toutes irisées et resplendissantes !

 - N’ai pas peur pour le ciel, c’est moi qui a enlevé le couvercle, chuchota une voix !

Une voix étrangement douce, penetrante comme venu de tout part et de nulle part !

 - Je l’enlève chaque soir pour ceux qui sont en « quête » et qui veulent avoir leur « collier »,
je le remets  à chaque aube venu, continua l’étrange et douce voix avec une pointe d’ironie.

Je regarde autour de moi et tout au long du parcours de ma vie, je ne vois personne, il n’y a personne d’autre que moi, là et sur ma route ! D’où vient donc cette voix ? Entre peur et curiosité, regardant dans tous les sens, je balbutie une question :

 - Qui êtes-vous, Voix ? Quelles sont jolies ces perles !  Sont-elles vraies ?

La « Voix » me répondit comme si elle s’attendait à cette question :

 - Helas, je ne peux satisfaire votre première question…Oui, elles sont plus que vraies. Il y a les vôtres aussi…les vôtre…

Ah bon, j’ai des perles à moi maintenant ?! Voyons donc ?! Est-ce une plaisanterie ? Où sont-elles, je n’en vois point et puis comment savez-vous qu’elles sont les miennes ?!

Toujours douce et vibrante, la voix continua :

- Je sais que ce sont les vôtres, je le sais…c’est tout ! Elles sont là.. là…et puis là…Les blanches irisées de bleu, tu les vois ? Il y a encore là…et là, plus loin…là, tout prêt… !

Surpris, intrigué et un peu sceptique, je cherche mes perles, les perles de ma vie ! Stupéfié par le néant que je découvre, je continue à fouiller minutieusement cet étendu d’opacité, j’en aperçois enfin quelques unes, deux ou trois puis quatre…cinq…

- »Voix », je les vois, oui, là et là…là aussi ! Pouvez-vous m’aider à les récolter, s’il vous plait ? J’en ai besoin, voyez comme mon fil est lamentablement vide et je souhaite avoir un collier. S’il vous plait !

La réponse fut rapide, cinglante !…Je suis persuadé, maintenant, que la voix connaissait d’avance mes questions :

-Non, j’en suis désolée…C’est votre quête personnelle, je ne peux que vous les montrer et vous indiquer leur couleur. En plus, je ne peux le faire qu’une seule fois. Vous seul, vous pouvez les attraper, vous savez maintenant lesquelles sont les vôtres…alors, essayez de les attraper et …soyez patient !

La « Voix » s’évanouisse petit à petit, laissant derrière elle résonner l’écho : « Soyez patient…soyez… patient…soyez…

Une de mes perles me semble proche. Elle semble s’approcher en tournoyant à rotations d’un temps lent et mesuré. Je la regarder fasciné et émerveillé sans bouger. Une jolie perle blanche, irisée de bleu azur, emplie
de bouquets de sourires qui continue à s’approcher lentement…lentement.

Je tends ma main, doucement pour ne pas l’effaroucher. Je forme avec le creux de ma main un écueil que je tends doucement pour lui permettre de s’y poser. Je me hisse tant que je peux sur mes pieds, sur les pointes de mes orteils…Ma perle commence à perdre de son éclat, vacille, devient translucide et s’évapora comme érodée par l’attente ou agacée par ma la lenteur. Je la distingue qu’à peine et dans cette brume incertaine, je n’aperçois plus les autres…Je ne sais pas comment faire…La « Voix » m’a dit d’être patient, je le serais…Ce tout ce qui me reste à faire, de toute façon.

Déçu mais pas découragé, je serre mon fil tout nu et je me laisse tomber à genoux…Le jour va bientôt se lever…Je suis las mais tout excité, je regarde le ciel qui redevient peu à peu comme avant au fur et à mesure que l’aube se pointe…et que la couvercle se remet…lentement.

Je ne vais pas laisser mes perles vagabonder dans cette immensité. Elles risquent de s’y perdre…Je risque de ne plus les reconnaître… ! Alors, je recommencerai ma quête la nuit prochaine, la nuit d’après et celle d’après…

Peut-être qu’une de ces nuits, j’arriverai à en attraper celles que j’ai vue et d’autres aussi, plusieurs même et d’un seul coup…Je les enfilerai à mon fil, avec hâte mais délicatement, j’en ferais un superbe collier et avec fierté mais humblement, je dirais alors :

 - Mon fil n’est plus nu, j’ai mon collier donc je suis et si je suis c’est parce que j’étais…Le serais-je? !

Je m’en parerai en toute modestie et je dirais à tous ceux qui je connais et ceux que je ne connais pas encore, à tous ceux qui m’ont souri et même à ceux qui ne m’ont pas souri, à ceux qui me souriront et aussi à ceux qui ne me souriront jamais :

- Chercher  vos perles, chacun en a. Allez y, guetter le ciel et quand la « Voix » enlèvera le couvercle, demandez lui de vous montrer les vôtres et attrapez-les. Regardez les miennes comme elles sont belles…Allez-y, allez-y…Ne laissez pas passer votre chance d’être …humain…
 
 C’est à la portée de vos mains, ne laissez pas le fil de votre vie tout nu…la vie est précaire, nous ne sommes que passagers. Notre collier nous est nécessaire pour ne pas nous perdre car nous ne savons pas quand nous partirons, même en connus, et nous ne savons pas…Où nous arriverons toujours en étrangers… Et en cours de ces étapes, Notre collier sera alors notre signe de ralliement…

Abasourdi, je regarde avec tristesse, avec amertume et  une certaine mélancolie, le fil de ma vie toujours aussi nu, horriblement nu…Restera-t-il ainsi ? Peut-être pour longtemps encore, peut-être pas…, qui sait ?

Jusqu’à maintenant, je n’ai vu que peu de gens, très peu, qui portent un tel collier…souvent de grosseur moyenne. Ils sont dispersés ici et là, dans la myriade de la « Race Humaine »…
 
Je les ai toujours admirés et je me suis toujours demandé comment ils ont fait, comment ils l’ont eu…Pourtant… portant, ils ont essayé de me le dire, par leurs écrits ou de vive voix… mais…je n’étais pas prêt à les comprendre ou à les écouter…peut-être ?! Ils ont essayé jusqu’à ce que j’entends la « Voix » par moi-même, est-ce le but recherché ?…Est-ce une question de maturité ou simplement une question d’éveil et de curiosité…Une quête dont l’initiation prend des chemins tortueux ?

Maintenant que je le sais et en attendant la nuit prochaine, agenouillé, les mains jointes et levées vers le ciel, le fil de ma vie, encore tout nu, serré à se rompre, je pria la « Voix » avec toutes mes forces :

- « Voix », merci d’avoir remis doucement le couvercle du ciel, il fait jour maintenant ! Remettez-le jusqu’à la nuit prochaine, Laisser-moi  le dire aux autres.

  »Voix », s’il vous plait, s’il vous plait…N’oubliez pas de l’enlever, la nuit prochaine…N’est-ce pas ?! Nous serons nombreux à vous attendre, nous serons nombreux…

Noah

 singledecrocherlesetoiles.jpg  

 


21 commentaires

  1. Oso dit :

    Bien le bonjour voyageur,
    te voilà bien coquet à vouloir avoir un si joli collier !
    Les Perles de Vie.
    Ton corps en est recouvert un collier, bien sûr, mais tu es fait d’une myriades de perles lumineuses qu’il faut juste rallumer à chaque fois que tu les reconnaîtras, Nono. Que j’aime ta façon de t’adresser au genre Humain , celui qui est fragile et qui avance inexorablement sur le sentier. Un sentier fait de doutes de questions, parce que pour ce qui est des réponses il faut les mettre à jour au fond de toi et rallumer les bougies (les perles de Vie).
    Difficile de dire peu de choses sur ce sujet, sachant que j’aime échanger….
    Je t’apprécie Nono, merci d’avoir fait ta connaissance.
    Je reviendrai
    Je t’embrasse,
    Oso

  2. Milla dit :

    Petit concerto piano pour petit Nono, tu es un collier de perles à toi seul… merci de nous transmettre ces lignes, cette petite aventure m’a presque ramenée au stade du tout petit qui découvre la vie, et aussi l’apaisement…

    Les perles sont parfois à portée de la main mais tellement peu évoquées qu’elles finissent par devenir une rareté, tu as raison nono, « laisser pas passer votre chance d’être ?humain » c’est oublier pourquoi nous marquons notre passage sur terre…

    Bien a toi petit frere
    Milla

  3. Milla dit :

    j’ai oublié,
    tu m’as rappelée un certain prologue beau à pleurer… l’aurais tu parcouru toi aussi? ;-)

  4. des perles de vie?? j’en ai moi aussi?? et comment être sûre que c’est les miennes et que je risque pas de m’approprier des perles qui ne sont pas miennes??
    je veux bien avoir un collier, même un tout petit, mais je ne suis pas sûre d’en vouloir un pour moi personnel. est-ce que ces perles se partagent? est ce qu’on peut rejoindre les colliers pour que tout le monde puisse avoir des perles aussi?

  5. véro dit :

    Bonsoir Noahnorman,
    Tu trouveras tes perles de vie pour ton collier elles sont tres souvent près de nous mais nous ne voulons pas les voir. Trop exigant….?? Pendant un stage de plusieurs jours une personne très sage me disait tout les jours « Ma petite Véro va au bout du chemin tu y trouveras la vie, tu y trouveras l’amour ». Quand tu auras trouvé tes perlesde vie tu auras le plus beau collier à tes yeux.
    Amicalement
    Véro

  6. RECITAL dit :

    c’est peut être aussi ce qui est distribué a nos enfants pour les faire grandir et y voir aussi __

    de perle en perle pour cette immense chaine de la

    vie —si les enfants sont de vrai perle ,

    Nous sommes tous des enfants vieillissant–

    A

  7. saudade dit :

    Bonjour Nonou,
    Merveilleux texte, tellement vrai. Depuis la création du monde les hommes cherchent et ne trouvent pas. Nous avons tout le bonheur à notre portée mais,
    « le vrai bonheur ne dépend pas de la perception des choses avec nos yeux; il dépend de notre perception spirituelle et de notre coeur »
    - Méditations du Sadhou Sundar Singh -
    Se voir tel qu’on est vraiment, se juger soi-même, prêter l’oreille et rester « petit » pour devenir « grand », accepter la souffrance pour jouir de chaque moment de bonheur qui suit, chaque minute de vie est un don. Bien fraternellement à toi, Nonou.
    Martine

    P.S. Garde les yeux tournés vers la voûte céleste, ton collier va briller de mille feux.

  8. Isabelle dit :

    Bonjour Nono,
    Perles de rosée….perles de risée….sourires…..décapsuleur du coeur….
    Très joli texte Nono, très joli…
    Des instants de bonheur…dans un quotidien des plus ordinaires…
    Merci de me rappeler combien juste cet instant à boire un café en parcourant ces textes, ces musiques, ces toiles, sont des graines de perles à eux seuls.
    Très belle journée à toi.
    Je t’embrasse.

  9. saudade dit :

    Bravo Nonou ! Tu as passé le cap des 10000 !
    Un p’tit coup de klaxon quand tu me dépasseras…

  10. Milla dit :

    sublime ces notes de piano qui coulent comme l’eau d’un petit ru je ne m’en lasse pas…

    passer le cap des 10000…? l’important est il dans la quantité ou dans la qualité de ceux qui passent… s’il réside dans la quantité alors je m’incline et marquerai mon passage à chaque seconde, chaque minute…

1 2 3

Répondre

Le blog des Anticon |
mon 1er blog |
hanibal ma life mes potes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les 3 S
| Mi pequeño mundo à moi !
| la foir'fouille ajaccio