De la caricature

Le monde perd les boules, il n’est pas beau, il n’est plus juste. 

La caricature, avec une étonnante économie de moyens (peu de mots, un dessin simplifié), prend le parti d’en rire. Elle frappe les esprits. Cruelle, elle se rue sur tous les défauts et les grossit pour mieux les dénoncer. L’exagération lui est naturelle, elle associe ainsi le burlesque aux situations les plus tragiques. 

A l’ores d’un déclin, sauvegarder le rire même à l’heure de l’extrême onction, c’est un moyen de garantir l’espoir, de glisser dans le cœur des vaincus la secrète consolation d’une revanche : celle de l’esprit par le trait ! 

L’humour reste un moyen de résistance non violente active à utiliser sans modération. Il a de tout temps été, et notamment dans les périodes les plus noires de l’histoire humaine, une manière de se défendre, de résister et de revendiquer le droit au respect et à la protection de la dignité humaine.

Delà le vocabulaire « guerrier » qui nomme  » charge  » ce genre du dessin. « Caricatura » est, en italien, un dérivé de « caricare » :  » Charger « . Le terme est répertorié en français dès 1740 et signifie un portrait ridicule en raison de l’exagération des traits. 

Quelques liens :

L’art de la caricature         1  

Histoire de la caricature   2

Histoire de la caricature   3

Et j’ai décidé de… Caricare …« charger » !!

Si j’ai le courage de reprendre ma plume, mes pinceaux et mes crayons…

                                                                                                     Retour à l’accueil  015.gif

Le blog des Anticon |
mon 1er blog |
hanibal ma life mes potes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les 3 S
| Mi pequeño mundo à moi !
| la foir'fouille ajaccio