Archives pour la catégorie Haïku

Le haïku

haku1.jpg  Le haïku, terme crée par Shiki (1867-1902), est la forme de poésie la plus brève de toute la littérature mondiale, mais ses trois petits vers de cinq, sept et cinq syllabes permettent d’exprimer des sentiments profonds et des éclairs soudains d’intuition. Il n’y a ni symbolisme ni égotisme dans le haïku. Il saisit la vie comme elle s’écoule.

Le haïku est pour ainsi dire sans auteur. Mais dans l’intérêt porté à la trame simple, apparemment insignifiante, de la vie quotidienne – une feuille qui tombe, la neige, une mouche -, le haïku nous apprend à percer à jour la vie des choses et à prendre un aperçu de l’Éveil. Qui dit haïku ne dit pas forcément zen, mais qui dit zen dit haïku. Suivant Blyth, le haïku est « la fine fleur de toute la culture orientale ».

C’est le grand poète, Bashô, qui éleva le haïku à la forme qu’on lui connaît aujourd’hui. Parmi les autres poètes, il faut citer Buson, Issa, Ryokan et Shiki. Comme tous les arts japonais associés à l’esprit du zen, le haïku évoque la solitude, l’esseulement ou le détachement – sabi – et l’esprit poignant de la pauvreté – wabi. Il y est toujours question d’une saison : les pruniers en fleur pour le printemps ou les branches nues pour l’automne, par exemple.

haiku.jpg

Une orchidée du soir,
cachée dans son parfum, 

la blancheur de la fleur.
                               (Buson).                              

Le blog des Anticon |
mon 1er blog |
hanibal ma life mes potes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les 3 S
| Mi pequeño mundo à moi !
| la foir'fouille ajaccio